MOOCLe premier Mooc (massive open online course) a été créé en 2008 par Stephen Downes, chercheur au conseil national canadien de recherche et George Siemens, qui travaillait alors à l'université de Manitoba. Ce Mooc s'appelait alors online course Connectivism and Connective Knowledge. Dès le départ, pour ces précursseurs, il était clair que les cours en ligne étaient promis à un avenir brillant.

 

 En 2012, Les Mooc était nommés concept de l'année par le New York Times. 

Cette première plateforme a rapidement dépassé les espérances avec 100 fois plus de participants que ce qui était attendu. 

Le mot Mooc a été utilisé pour la première fois il y a 5 ans au Canada. Cet acronyme est du à Dave Cormier (chef de projet web à l'Université de l'ile Prince Edward qui participait au projet de Dowes et Siemens) et Bryan Alexander. Pour Cormier, le MOOC était un projet intéréssant mais non exceptionnel en comparaison avec les diverses expérimentations sur l'utilisation d'Internet pour l'éducation auxquelles il participait. De même, Alexander n'a réalisé le potentiel du MOOC que lorsque celui de Stanford (Stanford University's artificial intelligence Mooc) annoncé en juilley 2011 a attiré 160000 inscriptions. 

Aujourd'hui des centaines d'universités ont développé leur MOOC, avec des plateformes pour les héberger dans les différents pays.  

La crainte de Downes est que les MOOCS modernes soient moins dans l'interaction et le dynamisme et plus dans l'éducation statique et passive. La conception originelle etait un lieu d'activités d'apprentissage et d'interaction et non comme ce qui se fait d'un point de vu commercial qui ressemble à un show télévisé et au mieux propose quelques quizz. Siemens  pense que la montée des ctiiques envers les Moocs est due à l'exploitation par les plus grands moocs de ce qui préexistait sans développer la créativité et l'innovation. Le Mooc n'est plus alors un lieu d'expérimentation pédagogique et d'organisation de l'éducation. Pour lui, si 2012 était l'année des Mooc, 2013 est celle des anti-Mooc. 

Si leur Mooc recherchait le développement de la connaissance de façon ouverte et claire par l'émulation du groupe et l'apprentissage permanent qui s'inspirait des idées des autres, les mooc actuels sont plus didactiques et présentent une pédagogie en retard de quelques décades. 

De plus, la plupart des Mooc ont des financements privés qui attendent un retour sur investissement.  Dowes, s'il n'est pas opposé à la commercialisation des Mooc, a peur  que les intérêts fianciers affectent la philosophie des Mooc et que l'aspect financier prime sur les besoins réels des étudiants.  Alexander, quant à lui, pense que le plus grand danger représenté par les Mooc serait la disparition des cours en présentiel et donc la précarisation des enseignants, en particulier aux Etats-Unis. 

Toutefois, les Mooc permettent de donner accès à des contenus riches à des populations qui n'y auraient pas socialement et ou géographiquement accès. 

De quoi sera fait le Mooc de demain ? 

(source: article du Times higher education :http://www.timeshighereducation.co.uk/news/mooc-creators-criticise-courses-lack-of-creativity/2/2008180.article)


Tests gratuits : 
en ligne : TOEIC, Anglais, Avenir, Accès, Culture, Mémo...  en live : TOEIC

  

 Rejoignez-nous : 

            

 


 

Aux-Concours.com

 x 

Panier Vide

 PROCHAINS STAGES

  

INGÉNIEURS Avenir, Puiss-Alpha, Geipi, Advance, Toutes, Oraux 
reste 3 places 

COMMERCE Accès, Sésame, Link, Oraux 
reste 2 places

LOUVRE 
reste 3 places 

TOEIC Toeicator 
reste 1 place  

 

Prochaines dates 26/12 et 02/01


 CYCLES SAMEDIS 

 

Commerce reste 8 places 
Ingénieurs
 reste 7 places

 

Rentrée de l'excellence le 20/01

 

 
 -> TOUS LES STAGES
-> TOUS LES LIVRES

Réussir ensemble AUX CONCOURS 
Établissement supérieur déclaré auprès du rectorat
49 rue Alexandre Dumas -  75011 Paris 
tél. : 09.67.27.12.94 - 09.80.62.63.96

Formilla Live Chat

Retour haut de page

© réussir ensemble AUX CONCOURS
Membre de la Fevad